Charles voit la poésie partout. Publication dans de nombreuses revues, performances et concerts dans la France entière, vidéos à l’arrache, écriture dans les blogs, dessins sans regarder, improvisations au dictaphone, au microphone, dans sa voiture, dans certains TGV. Il est aussi édité chez POL (vingt neuf livres à son actif). Charles Pennequin écrit comme il respire : petites chansons dans les carnets, poèmes délabrés en public, phrases sur les murs… “Pamphlet contre la mort” (éd. POL) en 2012, qui a obtenu le Prix du Zorba.