Les Chocos Prince, les fruits, les légumes, l’extra-terrestre au bras infinis et le loup stoïque sont des figures récurrentes du travail de Nicolas Barrome. Un univers immédiatement reconnaissable qu’il décline en couleur sur des murs ou en noir et blanc pour la presse.

Né au Pays basque, Nicolas a gardé une âme d’enfant. Après son passage à l’école des Arts Appliqués à Bordeaux, puis à l’ESAA de Troyes, il se fait connaître à partir de 2005 avec ses amis Mathieu Julien, Sébastien Touache (avec lequel il forme Les Jeanclode) à travers de nombreuses illustrations pub pour Canal+, Radio Nova, France 5, la SNCF… En parallèle, il enchaine avec ses amis Amandine Urruty et le collectif Jeanspezial des expositions débridées et des peintures murales, colorées et délirantes décrivant un monde « candy-trash ». Sur des façades d’immeuble, l’imbrication de ses personnages avec des formes bizarroïdes sur plusieurs plans téléporte les passants dans une dimension parallèle. De plus en plus sollicité à l’étranger, il a réalisé des ouvres grand format en Georgie, à Bangkok, à Manchester, et bientôt en Croatie et à Moscou. Quand la presse lui passe commande, ce qui arrive de plus en plus fréquemment, c’est pour des créations aux textures plus léchées, utilisant encres et Rottring. Délicatement grinçant, son univers évoque Jérôme Bosch et les compositions de Dalí. Il s’entrechoque avec des souvenirs d’enfance comme Bob l’éponge, des films et affiches de science fiction et des bandes dessinées des années 1990 pour créer un univers à la fois familier, drôle et déroutant.

nicibarrome